Haut Uélé : un journaliste agressé par deux éléments FARDC à Wanga, les auteurs non inquiétés

Le rédacteur en chef James Paluku, de la Radio Zèbre implantée au centre de négoce de Wanga, en territoire de Watsa, dans la province du Haut Uélé, a été victime d’une agression l’après-midi du samedi 6 juillet 2024 lors de l’exercice de ses fonctions de journaliste au terrain de football de ce centre portant le même nom.

Se confiant à lavoixdelituri.com,il a éventré le boa en disant : « Ces deux éléments des FARDC m’ont trouvé entrain de réaliser mon travail de journaliste en quelques mètres du terrain de football de Wanga et du coup ils m’ont poussé ensuite ils m’ont bousculé en plein aire jusqu’à me saisir à la hanche comme si j’étais un voleur à tel point que mes chaussures se sont toutes enlevées.Heureusement que l’un de leurs lieutenants était surplace et est intervenu pour ma libératio n », a-t-il témoigné.

Et de poursuivre :

«[•••] Ces agressions interviennent suite à la publication de l’information sur la dénonciation de la plateforme des associations de taxi moto du territoire de Watsa accusant les militaires de commettre des tracasseries, tortures et rançonnements des usagers de la route nationale numéro 26 [•••] ».
Jusqu’à présent, les auteurs de cette agression du journaliste James Paluku ne sont ni inquiétés, moins encore interpellés pour cet acte ignoble.

Ce professionnel de média a, par ailleurs, appelé les autorités militaires à rappeler leurs éléments à l’ordre afin de jouer pleinement aux rôles leurs reconnues par la constitution de la République Démocratique du Congo et de permettre aux journalistes faire leur travail en toute indépendance conformément à l’éthique et déontologie journalistique.

Yesulema Kodrawa Cyrille

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post Linafoot féminine : le FCF Mazembe remporte son troisième titre consécutif
Next post Ituri : situation sécuritaire, détention des acteurs politiques, mésententes entre acteurs socio-politiques… voici ce que pense le député Néné Kashinde