Insécurité en Irumu : un bassin de cossettes de manioc passe de 10 milles à 20 milles FC à Komanda

Au centre commercial de Komanda, chef-lieu de la chefferie des Basili, les marchands des produits vivriers éprouvent d’énormes difficultés pour se procurer des marchandises. L’insécurité a sensiblement réduit les activités champêtres des paysans aux environs de ce centre, et le panier de la ménagère reste affecté.

Un bassin de farine de manioc par exemple, qui se vendaient il y a peu à dix milles (10.000) francs congolais, se négocie actuellement à vingt milles (20.000) voire vingt cinq (25.000) milles francs congolais. Si on peut en trouver quelques quantités très loin dans la forêt, c’est alors la peur qui freine le pas des pauvres marchands, car craignant pour leur sécurité.

«[•••] Il n’y a pas là où nous pouvons aller chercher la farine étant donné que la sécurité n’est pas bonne, c’est pourquoi vous voyez que le prix a galopé [•••]», indique une marchande retrouvée au marché central de Komanda.

Cette partie du territoire d’Irumu est, depuis 2021 affectée par l’activisme des groupes armés locaux et étrangers, dont le cas le plus récent est celui du mardi 18 juin 2024, dans la foret de Bamande Kartuma en chefferie des Walese Vonkutu où les ADF ont de nouveau semé terreur et désolation au sein de la population. Les cultivateurs sont alors restés entre la peur de regagner leurs champs et le vol de leurs produits champêtres, impactant ainsi sur la production agricole, alors que les besoins local et d’export vers d’autres endroits de la province, sont permanents.

Les populations de Basili et Walese vonkutu ne jurent que d’un retour de la paix durable, afin de leur permettre de vaquer librement à leurs occupations champêtres.

Moïse Ulang’u

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post Bunia: une trentaine de présumés bandits présentés au gouverneur par la police
Next post RDC : Léon Mungwana salue la nomination de Kasomo Malamasa Zénon au sein du ministère du commerce extérieur