Mambasa : la zone de santé de Nia-Nia dépourvue d’une banque de sang, appel à l’assistance lancé (Dr Delly Tshimanga)

« La promotion du don bénévole de sang pour sauver des vies » est le thème retenu pour la célébration, le 14 juin 2024 de la journée mondiale de donneurs de sang, produit fabriqué par la moelle osseuse dans l’organisme humain.

Cette journée qui se fête le 14 juin de chaque année a été instituée dans l’objectif de remercier les donneurs volontaires, bénévoles des gestes salvateurs qu’ils posent en donnant leur sang et de sensibiliser l’opinion à la nécessité de don de sang régulier pour assurer la qualité, la sécurité et la disponibilité de sang et des produits sanguins pour les patients qui en ont besoin.

Au cours d’une interview exclusive à lavoixdelituri.com ce même 14 juin 2024, Docteur Dally Tshimanga, médecin chef des staffs à l’Hôpital Général de Référence de Nia-Nia, structure sanitaire située dans la chefferie des Bandaka en territoire de Mambasa, dans la province de l’Ituri, confirme que l’ensemble de la zone de santé rurale de Nia-Nia ne dispose pas de banque de sang.

«[•••] Notre zone de santé rurale de Nia-Nia souffre énormément de l’absence d’une banque de sang depuis sa création. Cela nous cause énormément des préjudices dans la prise en charge des malades qui nécessitent une transfusion urgente de sang. Pourtant,la situation géographique de notre milieu est très complexe en ce sens que Nia-Nia se trouve à la croisée des chemins sur la RN4 entre l’agglomération de Bafwasende – Mambasa et Wamba sur la RN 23.Nous recevons par moment énormément des cas d’accidents de circulation au cours desquels des urgences en matière de transfusion sanguine se font sentir. C’est dommage que des fois, nous ne faisons plus que constater notre impuissance à intervenir[•••]», a-t-il dit.

À lui d’ajouter :

 » Un autre aspect qui urge pour doter l’hôpital général de référence de Nia-Nia de banque de sang consiste aussi au fait que cette formation sanitaire reçoit presque quotidiennement des référencements des personnes malades à partir de toutes les grandes agglomérations qui l’entourent à l’instar de Bafwabango Pk51, Badengaido situé à près d’une soixantaine de kilomètres de Nia-Nia sur la RN4.D’autres hôpitaux environnants sont localisés à des distances de près d’une cinquantaine de kilomètres de Nia-Nia.Dès lors que le besoin très urgent en transfusion sanguine se fait sentir, nous sommes littéralement désarmés « .

C’est ainsi qu’il lance un appel vibrant aux organismes internationaux et aux personnes de bonne foi de bien vouloir venir promptement en aide à cette partie de la division provinciale de la santé de l’Ituri.

Il sied de rappeler que le sang joue un rôle essentiel dans notre organisme,celui de faire circuler l’oxygène, le dioxyde de carbone, les éléments nutritifs, les déchets, les cellules ainsi que les hormones.
Les conditions requises pour faire un don de sang est entre autres ne pas souffrir de maladies comme des infections sexuellement transmissibles, le VIH, l’hépatite B et C, ne pas porter de grossesse pour les femmes et ne pas dépasser l’âge de 65…

Le don de sang a été fondé en 1928 avec le premier centre de transfusion à l’hôpital Saint Antoine de Paris par Arnault Tzanck ( 1886-1954), médecin circulant dans des ambulances militaires pendant la première guerre mondiale . C’est finalement en 1949 que le même médecin Arnault Tzanck crée le centre national de transfusion .

Archange-Robert Beabo depuis Nia-Nia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post Djugu : un enfant volé pendant qu’il avait 9 jours de naissance retrouvé au site de Godo 3
Next post Aru: retour au calme à Ingbokolo après un samedi perturbé